Reportage

Published on décembre 18th, 2020 | by nresources

0

Glencore, un géant minier qui respecte l’éthique et la conformité dans ses opérations

Le 10 décembre dernier à Kinshasa, le directeur général de la Gécamines, Sama Lukonde Kyenge, le coordonnateur de l’Agence congolaise de prévention et de lutte contre la corruption (APLC), le représentant du président de la Fédération des entreprises du Congo (FEC), le président de la Chambre des Mines, Louis Watum et la directrice exécutive de Glencore/RDC, Marie-Chantal Kaninda ont échangé les expériences de conformité et de bonne gouvernance au sein de leurs structures respectives. Ces échanges organisés par Glencore/RDC devant la presse, était une manière pour cette entreprise de célébrer la journée internationale de lutte contre la corruption qui a eu lieu la veille. Plusieurs membres du corps diplomatique, des directeurs généraux et autres conseillers ont pris part à ces assises.

Marie-Chantal Kaninda s’est appesantie sur l’engagement de Glencore à respecter l’éthique, la conformité et les bonnes pratiques dans le milieu des affaires. Glencore, qui s’est engagé aux côté de ses partenaires, ne ménage aucun effort depuis des lustres, pour combattre la corruption, respecter la diligence raisonnable, éviter les conflits d’intérêts et appliquer les sanctions. Il lutte contre le blanchiment d’argent et la fraude. Il veille à l’éthique lors des paiements à des tiers et soutient une concurrence loyale. Il protège les données personnelles et respecte la vie privée, a-t-elle dit. Après avoir longtemps développé cette éthique en interne, Glencore décide désormais d’en parler au grand public à travers la presse qui a été invitée à cette rencontre. Il en parlera encore, car Marie-Chantal Kaninda a promis de développer des synergies avec les parties prenantes, de pérenniser et de délocaliser cet événement dans les provinces où se développent les activités de ses filiales en RDC (Mutanda Mining et Kamoto Copper Company). Bien avant, dans la matinée, dans un autre cadre, le staff dirigeant avait échangé avec la société civile ainsi que les députés et sénateurs sur les réalisations de l’entreprise depuis son implantation en RDC en 2008. Marie-Chantal Kanyinda, encore elle, Gustave Nzeng, Marc Davis et Francesca respectivement directrice exécutive, PCA, directeur régional et responsable RSE de Glencore/RDC, se sont succédé pour présenter Mutanda Mining (MUMI) et Kamoto Copper Company (KCC) sous un beau jour.

Un partenaire économique et social

Glencore est une importante multinationale de négoce, courtage et d’extraction des matières premières. Fondé en 1970, cette entreprise a fini par devenir un important producteur et distributeur des produits de base. Glencore emploie 158 mille personnes à travers le monde. Implanté en RDC depuis 2008, Glencore est en partenariat avec la Gécamines dans KCC, tandis qu’il détient les 100 % des parts dans Mumi. Il soutient la croissance et le développement socioéconomique durable de la société congolaise tout en gardant ses valeurs de base : la sécurité, l’esprit d’entreprise, la simplicité, la responsabilité et l’ouverture d’esprit. Glencore a investi plus de 7 milliards de dollars américains dans ses activités en RDC. Il emploie directement près de 8.000 travailleurs, dont 94 % sont des Congolais. Cela, sans compter les emplois indirects à travers les sous-traitants. Il a participé avec Inga à la réhabilitation des groupes G27 et G28 de la centrale hydroélectrique d’Inga II. Glencore a mis sur pied un programme de développement de l’entrepreneuriat privé au sein de KCC et soutient l’artisanat minier responsable. Il est presque dans toutes les activités communautaires. En effet, cette firme internationale croit que les fondements d’une bonne entreprise reposent sur une conformité et une gouvernance solides. Par contre, associée à la corruption, une mauvaise gouvernance a un impact macroéconomique négatif. Ces deux tares entravent le développement socioéconomique inclusif et accentuent les inégalités au risque de provoquer des grognes sociales pouvant mettre en mal le bon déroulement des activités de l’entreprise. D’un point de vue économétrique, les effets de la corruption et de la mauvaise gouvernance se manifestent notamment par l’augmentation des flux financiers, le dysfonctionnement du gouvernement et les distorsions des incitations économiques.  

Lutte contre la corruption, un engagement de Glencore

Fort de ces analyses, Glencore préfère développer les valeurs éthiques de conformité et de bonne gouvernance. D’où, son engagement dans la lutte contre la corruption. Il dit non à la demande de pot-de-vin et à demande de paiements de facilité. Il a adhéré au Fair Cobalt Alliance (FCA) et met un accent particulier sur le principe de respect des droits de l’Homme ainsi que sur le système permettant de signaler et d’enquêter sur toute violation des droits humains. « Notre priorité absolue sur le lieu de travail est de protéger de manière proactive la santé et le bien-être de tous nos collaborateurs et travailleurs. Notre but est l’amélioration continue des conditions de travail de manière à prévenir les maladies professionnelles et les accidents de travail », a déclaré en substance  Mme Marie Chantal Kaninda. Retenons que depuis 2009, ce groupe minier a payé 1,7 milliards USD au titre d’impôts et taxes à l’Etat congolais. Entre 2009 et 2018, Glencore a produit 2,23 millions de tonnes de cuivre et 159 400 tonnes de cobalt, à travers ses deux filiales. Les deux mines fournissent de l’emploi à près de 16 000 travailleurs et entrepreneurs avec des avantages sociaux et des salaires totalisant 680 millions USD entre 2016 et 2018. De même, la société dit avoir investi 24 millions USD dans des projets communautaires entre 2016 et 2018. Des réalisations qui lui ont valu les félicitations des députés et sénateurs, mais qui ont demandé plus d’engagement social en faveurs des populations riveraines de ses projets, qui vivent toujours dans la pauvreté et la précarité.  

Il sied de noter que Mutanda Mining est une exploitation à grande échelle avec sa mine à ciel ouvert d’où sont extraits le cuivre et le cobalt. Son site minier se trouve à l’Est de la ville de Kolwezi dans la province du Lualaba. Tandis que Kamoto Copper Compagny est un important complexe minier qui a vocation de devenir le plus grand producteur de cuivre en Afrique. Sa mine est située à la périphérie de Kolwezi, dans le copper belt de l’Afrique centrale. Il comprend des mines à ciel ouvert, une usine souterraine, un concentrateur et une installation hydro métallurgique de traitement.

Didier Kamesa


About the Author



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑